Journée européenne de l’obésité.

Journée européenne de l’obésité.

Ce 18 mai 2018, a lieu la journée européenne de l’obésité.

L’obésité c’est quoi? Suis-je obèse? Quels sont les risques pour ma santé? Comment me faire aider?

Je réponds à ces questions dans cet article. Si vous en  avez d’autres vous pouvez les poster en commentaire et j’y répondrais avec plaisir.

Qu’est ce que l’obésité?

L’obésité correspond à un excès de poids dû à une augmentation de la masse grasse.

On utilise également l’indice de masse corporelle (IMC) comme outil pour définir si une personne se trouve ou non dans un état de surpoids ou d’obésité.

IMC = poids (kg) / taille (m)²

Un IMC situé entre 25 et 30 correspond à un excès de poids. Un IMC supérieur à 30 correspond à une obésité. Chez les enfants et les adolescents, on utilise des courbes de percentiles au lieu de l’IMC.

Selon l’OMS, en Belgique, en 2016, la prévalence du surpoids était de 59.5% et celle de l’obésité de 22.1% chez les adultes. Chez les enfants et adolescents, on arrive à une prévalence de surpoids de 24.7% et de 7% pour l’obésité.

L’obésité est, elle aussi, classée en plusieurs grades:

  •  I = IMC entre 30 et 34.9
  •  II = IMC entre 35 et 39.9
  •  III = IMC à partir de 40

Risques pour la santé.

Les risques pour la santé de l’obésité sont nombreux et ne sont pas à prendre à la légère:

  • diabète,
  • maladies cardio-vasculaires,
  • problèmes articulaires,
  • augmentation du risque de développer un cancer ,
  • problème respiratoire comme l’apnée du sommeil,
  • dérèglement hormonal,
  • etc.

Beaucoup de ces maladies liées à l’obésité, contribuent à diminuer l’espérance de vie.

Prise en charge de l’obésité.

Si vous avez un excès de poids, ne vous lancez pas dans un régime de magazine ou dans un régime soit-disant miracle. Perdre du poids prend du temps.

Si on vous promet de perdre 15 kg en 1 semaine, dites-vous que vous en reprendrez 30 le mois prochain.

Équilibrez votre alimentation avec l’aide d’une diététicienne diplômée, augmentez votre activité physique en fonction de vos capacités et après visite chez votre médecin traitant.

Si votre obésité est importante et que vous souffrez déjà de pathologies associées, faites-vous aider grâce à une équipe pluridisciplinaire dans un centre de l’obésité et du surpoids.

Augmentez votre activité physique.

Augmentez votre activité physique.

Une activité physique régulière est bénéfique pour la santé physique et mentale et ce à tout âge.

Recommandation.

Vous devez avoir une activité physique d’au minimum 30 minutes par jour.

Selon l’OMS, pour améliorer encore plus ses capacités cardio-respiratoires, sa santé musculaire et osseuse etc., un adulte entre 18 et 64 ans devrait pratiquer une activité d’endurance d’intensité modérée à raison de 150 minutes par semaine ou 75 minutes d’une activité physique intense et ce, par période d’au moins 10 minutes.

Malheureusement, on est souvent bien plus sédentaire que ce que l’on pense (voiture, ascenseur, escalator, travail assis).

En pratique.

Ce n’est pas toujours facile de trouver du temps ou un budget pour se rendre à des cours de sport collectif ou dans une salle de sport.

Mais vous pouvez au quotidien augmenter votre activité physique:

  • prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur,
  • ne vous garez pas juste à côté de l’entrée du travail ou du magasin. Garez vous plus loin et marchez,
  • descendez un arrêt plus tôt si vous prenez le bus,
  • si vous en avez la possibilité, allez faire vos courses à pied chez les commerçants de votre village/ville,
  • au lieu de téléphoner ou d’envoyer un mail à votre collègue du bureau d’à côté, levez-vous pour aller le trouver.

Profitez du weekend pour faire des ballades en famille:

  • des marches adeps sont organisées tout au long de l’année partout en Fédération Wallonie-Bruxelles,
  • club de marche de votre région,
  • faites du géocaching,
  • découvrez votre région grâce à des ballades balisées (à pied ou à vélo), vous les trouverez toutes au près de l’office du tourisme ou grâce à de nombreuses applications gratuites comme Cirkwi.

Bonnes résolutions 2018, où en êtes vous?

Bonnes résolutions 2018, où en êtes vous?

Ce 31 décembre dernier, comme d’habitude,

vous avez fait votre liste de bonnes résolutions pour l’année 2018:

  • Arrêter de fumer.
  • Boire moins d’alcool ou de boissons sucrées et boire plus d’eau.
  • Se (re)mettre au sport.
  • Manger de manière plus équilibrée.

Donc le 2 janvier, vous avez fumé votre (c’est promis) toute dernière cigarette, vous vous êtes inscrit dans une salle de sport et vous commencez un régime draconien.

Vous avez tenu le coup jusque maintenant?

Oui? Super, mais assurez vous d’avoir des apports nutritionnels corrects afin d’éviter toutes carences. Sachez qu’un régime à moins de 1500 kcal sera d’office carencé en vitamines et sels minéraux.

Non? Vous avez peut être été trop exigeant avec vous même. Revoyez vos objectifs de façon plus réaliste.

Activité physique.

Avec un travail à temps plein et une vie de famille bien remplie, il est parfois difficile de faire du sport tous les jours. Cependant, il est facile de bouger plus au quotidien afin d’atteindre les 30 minutes d’activité physique recommandée:

  • Garez vous plus loin afin de marcher plus pour aller au bureau ou dans les magasins.
  • Faites les petits trajets à pied ou à vélo.
  • Prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur.
  • Ne restez pas assis trop longtemps au bureau, levez vous pour aller poser vos questions directement au lieu de téléphoner ou d’envoyer un mail.

Attention, si vous n’aviez pas l’habitude de faire du sport, il est  conseillé d’aller faire un bilan de santé chez votre médecin traitant. Si vous vous êtes inscrit pour la première fois dans une salle de fitness, n’hésitez pas à faire appel à un coach sportif pour vous montrer le fonctionnement des machines afin de ne pas vous blesser.

Alimentation.

Vous avez décidez de boire moins d’alcool? Je vous conseille de vous inscrire à la tournée minérale. Cette initiative est lancée par la fondation contre le cancer et vous propose de relever le défis de ne pas boire durant le mois de février. Vous trouverez de nombreux outils et conseils sur leur site (calculateur d’alcool, témoignages, recettes,…).

Vous voulez manger de façon plus équilibrée? Je vous donne quelques conseils simples à suivre:

  • Prenez un bon petit déjeuner équilibré.
  • Ne sautez jamais de repas.
  • Vos repas doivent toujours contenir un aliment protéiné, des féculents et une portion de légumes (ou fruit pour le matin).
  • Mangez 2 portions de fruit par jour.
  • Mangez 2 fois par semaine du poisson.
  • Prenez le temps de manger, un repas doit durer au minimum 20 minutes.

Prenez également le temps de lire les étiquettes de vos aliments afin de mieux les choisir. La liste des ingrédients suit l’ordre décroissant de leur proportion. Quand on y fait attention on se rend compte qu’on ne mange pas de pâte à tartiner au chocolat mais bien du sucre à l’huile.

Si vous pensez avoir besoin d’un plan alimentaire et d’un suivi nutritionnel n’hésitez pas à contacter une diététicienne diplômée et agréée INAMI.

Diététicien(ne) un vrai métier, mon metier.

Qu’est ce qu’un(e) diététicien(ne)?

On peut définir le(la) diététicien(ne) comme le spécialiste de l’alimentation. Il(elle) guide toute personne vers un bon équilibre alimentaire et une alimentation saine dans le but d’améliorer ou de maintenir leur bonne santé.

Ce métier est protégé et fixé par l’arrêté royal du 19 février 1997 . Depuis 2011, chaque diététicien doit également posséder un agrément du SPF santé publique  pour pouvoir exercer.

Les études.

Les études de diététique se déroulent en 3 ans. Il est possible de faire une 4ème année de spécialisation (sport, gériatrie, pédiatrie)

 

 

En Belgique 4 Hautes Écoles proposent ce baccalauréat :

Le seul prérequis demandé est le Certificat d’enseignement secondaire supérieur (C.E.S.S.) Cependant, une formation scientifique peut être un atout.

Les stages commencent à partir de la 2ème année (découverte du travail de diététicien en collectivité) et se poursuivent en 3ème année avec les stages cliniques.

La dernière année est aussi celle du travail de fin d’études.

Les débouchés.

Un diététicien peut exercer son métier de différentes façons et dans des milieux différents:

  • en cuisine de collectivité : gestion des repas et de l’hygiène en cuisine de collectivité (cuisine centrale, cuisine hospitalière, restaurant d’entreprise etc.),
  •  en milieu hospitalier: prise en charge nutritionnelle et éducation nutritionnelle des patients,
  • comme indépendant (diététicien libéral): consultation privée suite à une demande personnelle ou suite à une demande médicale pour rééquilibré l’alimentation ou faire une éducation nutritionnelle,
  • dans l’industrie agro-alimentaire: évaluer la qualité nutritionnelle de produits alimentaires, participer à l’élaboration de nouveaux produits etc.,
  • certains diététiciens organisent aussi des conférences ou des campagnes d’informations en vue d’une éducation nutritionnelle.

Un métier fait pour moi?

Premièrement j’adore manger (qualité première de tout bon diététicien selon moi).

Mais attention, aimer manger ne veut pas dire manger de tout et n’importe quoi.

Je ne savais pas vers quel études me tourner après avoir obtenu mon C.E.S.S. Je savais juste que je voulais exercer un métier dans lequel j’aiderais les autres, je serais utile.

C’est un mois ou deux avant le début des cours que j’ai découvert le métier de diététicien grâce à un reportage TV. Une profession où il était question d’aider les autres grâce à l’alimentation, un métier fait pour moi à 100%.

Je suis diplômée depuis maintenant 5 ans. J’exerce en milieu hospitalier depuis un peu plus de 4 ans et en profession libérale depuis 2 ans. Mes journées se suivent mais ne se ressemblent pas. Je rencontre chaque jour de nouvelles personnes, avec des problèmes différents et des habitudes alimentaires différentes des miennes. J’adore le contact avec les patients et j’apprends tous les jours de toutes ces rencontres.

Si vous aimez le contact avec les autres et l’alimentation ce métier est fait pour vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Soupe de carottes aux pommes

Le froid est de retour, quoi de mieux qu’un bonne soupe pour se réchauffer après une longue journée de travail.

Soupe de carottes aux pommes.

Ingrédients pour 4 portions:

  • 900g de carottesSoupe carotte aux pommes
  • 1 oignon
  • 3 branches de céleri
  • 1 litre de bouillon de légumes dégraissé
  • 1 feuille de laurier
  • 3 pommes
  • 2 cuillères à soupe de concentré de tomate
  • le jus d’un quartier de citron
  • sel et poivre

Préparation:

Laver et découper les légumes en cubes et les mettre dans une casserole avec le litre de bouillon. Porter le tout à ébullition, ensuite couvrir et laisser cuire à feu doux durant 10 minutes.

Peler et évider 2 pommes. Couper également la chair en dés. Les mettre dans la casserole avec le laurier et le concentré de tomate. Porter de nouveau à ébullition puis réduire le feu et laisser mijoter durant 20 minutes.

Laver et évider la pomme restante et découper en fines tranches. Les mettre dans une poêle avec le jus de citron et faire cuire 1 à 2 minutes (juste le temps que la pomme devienne tendre). Réserver.

Retirer ensuite la feuille de laurier et mixer les légumes jusqu’à obtenir un mélange onctueux. Ajuster l’assaisonnement.

Pour finir, servir dans des bols et garnir avec les tranches de pomme.

Bonne dégustation!

 

Apport nutritionnel pour 1 personne:

129kcal / 3g de protéines / 32g de glucides / 0g de lipides.

 

Marielle Poumay, diététicienne – nutritionniste à Arlon.